• Facebook
  • Twitter
  • Google +

Investir : les différentes formes de placement

Investir : les différentes formes de placement - Derek Gutierrez

À son décès, ma grand-mère m’avait légué une somme importante d’argent.  En voyant mon nouveau solde sur le reçu du guichet automatique, je me suis vite demandé ce que j’allais bien pouvoir faire de tout cet argent, d’autant plus que la fin de l’année approchait et que les impôts risquaient fortement de grignoter une part de mon avoir financier.  Il me fallait trouver une stratégie de planification fiscale intéressante.  En investissant quelques sous pour obtenir l’opinion d’un conseiller financier, j’ai appris que plusieurs formes de placements boursiers existent, il s’agit en fait de choisir celle qui est le mieux adapté à nos besoins.

Pour sauver de l’impôt, rien ne vaut le REER!  Le Régime Enregistré d’Épargne Retraite sert, comme son nom le dit, à épargner de l’argent en vue de votre retraite, ce placement est donc de longue durée.  En cotisant chaque année, vous pouvez réduire le montant de votre salaire imposable dans vos impôts.  Il vous est toujours possible de retirer de l’argent de votre REER avant la retraite, mais les sommes prises vous seront imposées donc vous en perdrez une partie.  Toutefois, le RAP (Régime d’accession à la propriété) vous permet de retirer, sous certaines conditions, jusqu’à 25 000$ de votre REER pour acheter votre première maison sans que ce montant ne soit imposé. 

Si vous ne voulez pas attendre la retraite pour profiter de vos placements, il convient alors mieux d’investir dans un CELI.  Également protégé de l’impôt, le Compte d’Épargne Libre d’Impôt est semblable sur plusieurs points au REER.  La principale différence est qu’au moment d’investir, le montant placé dans le CELI ne sera pas déduit de votre salaire brut.  Par contre, le rendement de vos placements sera non imposable, de même que les montants retirés du CELI, retrait que vous pouvez effectuer à votre guise, à n’importe quel moment.

Les actions vous permettent de détenir des parts dans une entreprise et de voir vos revenus fluctuer en fonction de la santé de cette entreprise.  C’est un placement à haut risque.

Le CPG (Certificat de Placement Garanti), pour sa part, est un placement à faible risque.  Il s’agit d’un prêt que vous faites à une institution financière qui s’engage en retour à vous remettre un intérêt,  fixe et déterminé dans le cas d’un CPG classique, et variable pour un CPG indiciel, sur la somme prêtée.  Le terme de ce type de placement varie entre 30 jours et 10 ans.

Dans le cas des obligations et débentures, c’est au gouvernement et à des entreprises que vous prêtez votre argent.  Le risque est ici plus grand de difficultés financières, donc une liquidité plus éloignée.  Le rendement peut cependant être plus intéressant s'il vous est retourné en fonction des ventes de l’entreprise.

À propos de l’auteur :

author

Enfant, mon père m’appelait Dr. Dolite, car je parlais sans cesse à mes deux chiens, et aux animaux de notre ferme. Et paraît-il, j’affirmais qu’il me répondait. Maintenant que je suis grand, j’ai perdu ce don. Sûrement, entre la fin de l’enfance et le début de l’adolescence. Mais je n’ai pas perdu le goût de me livrer et de donner mon opinion sur tout. Alors, me voilà le nouveau maître de ce blog. Alors, amis à quatre pattes, non plutôt à deux pattes. J’espère que vous aurez du plaisir à me lire !